Aller au contenu principal

Pâques au Parc : la chasse est ouverte !

Pâques au Parc : la chasse est ouverte !

Rendez-vous dimanche 31 mars à 16h30 au parc Rosa-Bonheur

Rénovation et modernisation de l'habitat social

Cartographie des déconstructions et réhabilitations sur la période 2023-2026.
Dans le cadre du NPNRU Banlay, 570 logements vont être déconstruits, 415 vont être réhabilités et 106 construits par les bailleurs. 48 millions d'euros sont consacrés à ce projet d'ampleur. Les premiers chantiers ont démarré en 2021. Mise à jour du 1er septembre 2023.

Nièvre Habitat

 

Transfigurer le quartier en prenant en compte le besoin des habitants, tel est le défi majeur du projet de réhabilitation de l'habitat social. Nièvre Habitat, principal bailleur du quartier, va démolir 419 logements (sur 11 bâtiments) et en rénover 415 (sur 7 bâtiments) sur les 1 084 qu'il possède, prioritairement pour des travaux énergétiques.

« Faire évoluer l’offre de logement doit se faire en fonction du reste du projet, avant tout humain, en s’adaptant à la vie qui va avec, à toutes les composantes du quartier », indique Cécile Remillier, directrice de Nièvre Habitat. Localisation, fonctionnement, vacance, état, etc. À partir de multiples critères, une destinée a été définie pour chacun des bâtiments

L’office départemental qui possède au Banlay plus du quart de son parc de logements de Nevers, investira 28 M €, en fonds propres et en emprunts, pour adapter son offre à la démographie du quartier et aux attentes des locataires. Il fera disparaître 11 de ses 26 immeubles, et avec lui un taux de vacance qui atteint, par endroits, les 30 %.

Les déconstructions

À l'été 2021, les Bâtiments 15 (rue Henri-Foucaud), 1 et 10 (rue Gustave-Flaubert), proches de la déviation ont été démolis durant l'été. À l'été 2023, ce sont les bâtiments 1 et 2E de la rue Émile-Combes qui vont être déconstruits.

En 2023-2024, ce sont les bâtiments 1 et 2E de la rue Émile-Combes (90 logements), puis 14 impasse Flaubert et 13 rue Honoré-de-Balzac (104 logements pour les deux bâtiments) qui seront démolis à leur tour.

L’ensemble des phases de déconstruction du projet sur le quartier du Banlay nécessite le relogement de près de 200 locataires de Nièvre Habitat dont 39 sur cette première phase (34 ont été relogés dans le parc de Nièvre Habitat dont 24 sur le quartier du Banlay à leur demande).

En amont des phases de déconstruction, chaque locataire concerné est accompagné individuellement par un interlocuteur entièrement dédié au relogement au sein de Nièvre Habitat. Cet accompagnement permet aux locataires de trouver un nouveau logement en fonction des souhaits et des besoins exprimés. Pour Nièvre Habitat, la prise en charge est totale : suivi des personnes, financement du déménagement, etc... « Au sein de Nièvre Habitat, une personne est entièrement dédiée au relogement. Nous avons tenu à apporter un accompagnement individuel aux locataires pour trouver un nouveau logement en fonction de leurs souhaits. La prise en charge des frais est totale, du déménagement à l’ouverture de compteurs », précise sa directrice.

Les constructions

Nièvre Habitat reconstruira enfin une cinquantaine de logements dans le quartier du Banlay, répartis en plusieurs programmes, dans Nevers et son agglomération. Il s’agira d’habitations individuelles et de petites résidences.

À l'horizon 2024, 25 nouveaux logements vont être créés rue Gustave-Flaubert, en lieu et place des bâtiments 1 et 10 déconstruits en 2021. Ils seront répartis en un nouveau bâtiment collectif de 17 logements (10 T2 et 7 T3) et 8 maisons individuelles (4 T3 et 4 T4). Le chantier devrait durer 20 mois et c’est le cabinet d’architecture Mètre Carré, situé à Moulins, qui interviendra en qualité de maître d’œuvre pour le compte de Nièvre Habitat. Ces constructions neuves répondront à la réglementation environnementale RE 2020. L’utilisation de matériaux biosourcés, le recours aux pompes à chaleur et au réseau de chaleur urbain seront ainsi privilégiés. Pour répondre aux attentes des futurs locataires, des jardins agrémenteront les logements de plain-pied, tandis que des terrasses individuelles seront créées sur les deux étages du bâtiment collectif. Enfin, l’intégralité des logements seront pensés pour être accessibles aux personnes à mobilité réduite.
lire l'article

Les réhabilitations

Dernier volet, et non des moindres, Nièvre Habitat rénovera 415 logements répartis en 7 bâtiments. Projet phare de cette réhabilitation, les trois bâtiments 1, 2, 3 de l'ilôt Guynemer (240 logements) : avec notamment une vacance moindre et la présence d’ascenseurs, le choix a été fait de les rénover sans déplacer les habitants : « C’est un véritable défi de travailler en sites occupés. Nous allons faire des travaux prioritairement énergétiques : isolation des façades et toitures, remplacement des huisseries et des systèmes de ventilation, mais aussi travailler à l’amélioration du confort de vie et de la sécurité », précise Fanny Pellerin, chef de projet au sein de Nièvre Habitat. « Nous allons également améliorer les abords, le stationnement et la circulation autour des bâtiments, sans oublier les espaces verts en offrant aux enfants et habitants du quartier de nouveaux lieux partagés. » D’autres rénovations sont également prévues pour les bâtiments 11 rue Gustave-Flaubert et 12 rue Honoré-de-Balzac (70 logements pour les deux bâtiments) sont concernésavec un objectif prioritaire de performance thermique, de mise aux normes et de modernisation. La plupart des logements conservés seront mis aux standards du 21e siècle : T2-T3 pour la majeure partie, taille adaptée des pièces à vivre, logements plus fonctionnels...

1001 Vies Habitat

 

L’autre bailleur social du Banlay, 1001 Vies Habitat, va déconstruire quant à lui quatre bâtiments impasse Stévenot, soit deux barres (4 et 3) et deux tours (1 et 2) correspondantes à 151 logements au total. La phase de travaux qui a démarré en janvier 2023 devrait s'achever en 2024.

Depuis janvier et jusqu’à 2024, quatre bâtiments, deux barres et deux tours appartenant au bailleur 1001 Vies Habitat, sont en cours de déconstruction. La méthode employée reste la même pour toutes les opérations de ce type : une première phase de préparation et de mise en sécurité du chantier avec arrêt des réseaux et installation de palissades ; une deuxième phase de curage et de désamiantage avec évacuation des cloisons intérieures, fenêtres, portes, équipements sanitaires, pour qu’il ne reste plus que les murs et les planchers. Une partie des matériaux et des équipements non amiantés sera à ce moment-là réemployée par une entreprise locale pour la réalisation de projets en Bourgogne-Franche-Comté. Vient ensuite la troisième phase – la plus spectaculaire – du grignotage par l’extérieur. Une pelle de démolition équipée d’un grand bras muni d’une cisaille à béton vient « grignoter » es bâtiments du haut vers le bas en escalier. Enfin, la dernière phase consiste à l’évacuation des déchets, traités et recyclés par des filières spécialisées.

Habellis

 

Habellis reconstruira enfin 6 logements.

En savoir plus

570 logements déconstruits au total soit 15 bâtiments concernés
415 logements réhabilités répartis sur 7 bâtiments
106 logements construits

Nièvre Habitat

  • 419 logements démolis (sur 11 bâtiments, répartis en 3 phases) sur 570 concernés par le projet ;
  • 415 logements réhabilités (répartis sur 7 bâtiments) ;
  • 100 logements construits (50 sur le quartier et 50 répartis sur Nevers et son agglomération) ;
  • 200 locataires relogés au total.

1001 Vies

  • 151 logements démolis (répartis sur 4 bâtiments) ;
  • 80 ménages locataires relogés à Nevers ou dans la Nièvre.

Habellis

  • 6 logements construits.

Articles correspondants :