Aller au contenu principal

Nevers Agglo ça me botte #4

Nevers Agglo ça me botte #4

Notre Agglo, un magazine
Mercredi 12 octobre 2022

Sept sites au Banlay cherchent porteurs de projet

Les sept sites du quartier relevant de l'appel à projet "Banlay Fertile".
Dans le cadre de l’appel à projet « Banlay Fertile - Cultivons notre quartier ver(t) l’avenir », la Ville de Nevers recherche des porteurs de projet dans le domaine de l’agriculture urbaine. Sept sites sont référencés. Et si le candidat idéal, c’était vous ou votre association ? Fin du dépôt des candidatures : le 16 décembre à 12 h.
Dernière mise à jour : 24/11/22 à 16h40.

Avec les déconstructions de bâtiments qui se succèdent ou vont se succéder dans le cadre du NPNRU (Nouveau programme national de renouvellement urbain), place nette va être faite pour faire fleurir ou pousser un champ des possibles pour qui veut se lancer dans un projet d’agriculture urbaine et bénéficier de l’accompagnement de la collectivité.

Les atouts majeurs de ces surfaces foncières ? L’inscription dans la démarche ÉcoQuartier et la proximité des écoles pour mener à bien des projets pédagogiques de sensibilisation.

L’agriculture urbaine ou périurbaine : késako ?

 

L'agriculture urbaine et périurbaine se définit par la production de légumes, de fruits et autres activités agricoles. Elle peut être pratiquée directement sur le sol, dans les jardins résidentiels et communautaires, sur des toits, dans des cours, des caves, des potagers partagés et même dans des espaces publics. L'ONU et la FAO (Food and Agriculture Organization) préconisent cette solution pour répondre aux besoins alimentaires des zones urbanisées, notamment dans les villes. Elle peut se présenter sous différentes formes comme des zones de maraîchage ou encore d’élevage (voir Annexe dans En savoir plus).

Sept « champs » des possibles dans le quartier

 

Parmi les 7 sites référencés, on compte quatre sites éphémères, par ordre de superficie : Ernest-Renan (2000 m² - disponible jusqu’en 2025) ; Blaise-Pascal (1300 m² - disponible jusqu’en 2023) ; Balzac (1500 m² - disponible jusqu’en 2023-2024) ; Flaubert (700 m² - disponible jusqu’en 2023).

Trois sites pérennes ou potentiellement pérennes sont également recensés, toujours par ordre de superficie : Stévenot (3500 m² - disponible fin 2024), Guynemer (3500 m² - disponible dans l’immédiat) et Buffon (900 m²), en plus d’Ernest-Renan qui sera disponible à partir de 2027.

Au total, la surface dédiée au projet représente environ 2 ha (voir Annexe 4).

Comment candidater ?

 

► Voir le cahier des charges

Vous avez jusqu’au 16 décembre à 12 h pour déposer votre dossier. Voir la rubrique En savoir plus pour télécharger les documents annexes et le cadre-réponse (Annexe 3).

  • La consultation se tiendra du 11 octobre au 16 décembre 2022 ;
  • Des créneaux de visite sur les différents sites seront prévus du 20 octobre au 7 novembre ;
  • 16 décembre à 12 h : fin du dépôt des candidatures ;
  • Janvier 2023 : sélection des lauréats ;
  • 2023 : accompagnement au montage et démarrage du projet.
À l’origine de « Banlay Fertile »
 

Le plan guide du NPNRU du Banlay a toujours prévu des espaces pour une large végétalisation du quartier. Lors de la phase de préfiguration, la concertation avec les habitants et les acteurs locaux a conduit à faire évoluer le projet en faveur du « Banlay fertile ». L’opportunité d’un projet d’agriculture urbaine a alors germé.

Profitant de cette impulsion, le projet s’appuiera sur les ressources et atouts du quartier et sera l’assise d’une réappropriation du territoire par les habitants. Il s’agit de poursuivre et d’amplifier la prise en compte du besoin d’une agriculture au plus près des consommateurs initiée depuis 2013 par la zone maraîchère de la Baratte, située à l’est de la ville.

Ce projet est l’occasion de faire de l’agriculture un élément structurant des aménagements des quartiers de manière globale pour répondre aux multiples enjeux actuels que sont le dérèglement climatique, l’accès à une alimentation saine et locale, sans oublier la prise en compte des dimensions sociales et économiques. Il constitue également un point d’appui pour mettre en œuvre la transition écologique. Le projet s’inscrit enfin dans la démarche ÉcoQuartier, dont la ville a reçu officiellement la labellisation étape 2 en janvier 2022. Parmi les quatre objectifs stratégiques à remplir, le développement de l’agriculture urbaine s’inscrit pleinement dans celui de « repenser la place de nature au sein du quartier ».