Aller au contenu principal

Logo Facebook

Logo Twitter

Logo Instagram

Logo Vimeo

Logo Pinterest

Pictogramme Flux RSS

Rendez-vous samedi 17 novembre, à 10 h au Palais ducal, pour la 2e édition de la marche bien-être et découverte organisée par la Ville de Nevers.

1, 2, 3... Marchons !

17/11 à 10 h, Palais ducal - Marche découverte
Deux journées pour inviter les petits citadins (et les grands) à la découverte des animaux de basse-cour.

Salon des animaux de basse-cour

Les 17 (9h>18h) & 18/11 (9h>17h30) - Centre-expo
Fêtons ensemble les 60 ans du Ciné-Photo Club ! Une exposition à découvrir au Palais ducal.

Expo Ciné-Photo Club Nivernais

Du 10 au 24/11, Palais ducal

Les ponts de Loire

Vue aérienne des deux ponts de Loire
Nevers est aujourd'hui traversé par trois ponts : le Pont de pierre ou Pont de Loire, le Pont de chemin de fer et le Pont Pierre-Bérégovoy. Autant de témoins de l'histoire de la cité ducale et des ponts qui les ont précédés.

Le Pont de Loire

"Construit, détruit, réparé, emporté, reréparé, à nouveau dans les flots, reconstruit, redétruit... Des fois, détruit avant même d'être fini de réparé, desserré par les glaces pour être à nouveau poussé dans les flots l'année d'après. D'autre fois, la Loire l'achevait avant même qu'on se soit décidé à le reconstruire..."

À Nevers, il y avait trois passerelles de bois qui se suivent sur la route des grandes calamités. On dit par ici, les ponts de Nevers, "les ponts bardada" :

  • le pont d'entrée de la ville, avec son arche marinière, un pied sur la butte, l'autre sur les morts de l'île-cimetière des pestiférés des bas quartiers de la ville
  • le pont de Notre-Dame sur laquelle est posée la chapelle des Pélerins
  • le pont de l'Official, qui enjambe un bras tantôt à sec, tantôt "pataillou" et mène les braves gens sur la route de Lyon

En 1749, les échevins de la Ville empruntent 12 000 livres, et en 1753, 4 800 livres, à la seule ville de Decize, pour disposer des moyens de reconstruire les ponts.

Le pont de pierre, qui a longtemps été appelé le "Pont neuf", a été conçu en 1767 par l'architecte de Moulins, Louis de Régemortes et construit pour partie, par plusieurs ingénieurs, comme Abraham Mossé, dont la place domine toujours l'ouvrage. Un chantier terminé en 1832, après moult intempéries.

Depuis, le pont n'a pas connu d'avarie sérieuse depuis sa construction, même au cours des trois grandes crues du XIXe siècle.

Le parement de la pierre gélive a été rénové en 2000. Il porte la D907 qui mène notamment à Lyon.

Pont de Loire
Pont de Loire © Nevers Tourisme

    Le pont de chemin de fer

    Le viaduc a été forgé par Georges Dufaud, dans ses usines de Fourchambault et Torteron, d'après les plans de Georges Martin fils et Émile Martin père. Il a été monté sans soudure en 1849, juste avant que Napoléon III ne vienne inaugurer à Nevers, le tronçon de la première ligne de chemin de fer Clermont-Ferrand - Paris.

    Pont de chemin de fer
    Pont de chemin de fer vu de la Loire © Pascal François

    Le pont Pierre-Bérégovoy

    Cette structure d'acier et de béton posée entre les deux rives de la Loire et commencée en 1992, a été achevée en 1995 et inaugurée le 1er mai 1998. Cet ouvrage d'art, que l'on doit à l'architecte Laurent Barbier, long de 420 mètres, bâti en amont de Nevers, supporte l'autoroute A77 et contourne le trafic transnational au large de la ville.

    En passant sur et sous ce pont autoroutier, on aperçoit les hauteurs du quartier des Bords de Loire, ainsi que la cathédrale Saint-Cyr-et-sainte-Julitte. Celle où furent célébrer les obsèques nationales de l'ancien maire de Nevers et Premier ministre Pierre Bérégovoy. En juillet 1992, avec son ami Charles Trenet, il était venu sur ce pont pour y sceller la première pierre, sans savoir que l'ouvrage porterait son nom. Ensemble, il s'était amusés du refrain : "on est heureux, Nationale 7".

    En savoir plus

    Bibliographie

    • Alain Haye, Stéphane Jean-Baptiste, Voyage en Loire nivernaise de Saint-Hilaire Fontaine à Neuvy, La Fabrique, 2003.
    • Benoît Oudet, Didier Schadl, Nevers Mémoire, Edi Loire, 1996.