Aller au contenu principal

Exposition "Vaisselle en terre cuite à Neubrandenburg au XXe siècle", musée de la Faïence et des Beaux-arts, du 18/09 au 29/12/2019.

Expo vaisselle en terre cuite

18/09 > 29/12 - Musée de la Faïence
Découvrez les mille et une facettes du trompe-l’œil avec l'exposition temporaire du musée de la Faïence et des beaux-arts Frédéric-Blandin.

Expo trompe-l'oeil contemporains

5/10 > 29/12 - Musée de la Faïence et des Beaux-arts

Hôtel de ville

Hôtel de Ville pendant les Journées du patrimoine 2017
Situé au sommet de la butte dominant la Loire, entre la cathédrale et le Palais ducal, l’hôtel de ville est le centre d’un espace monumental où les pouvoirs spirituels et temporels sont présents depuis le Moyen-Âge.

XIXe siècle
Inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 1993

Histoire

La grande homogénéité architecturale de cet édifice ne laisse guère deviner qu’il est le résultat d’un siècle d’aménagements. La partie centrale est construite vers de 1830 pour abriter la bibliothèque, la justice de paix et le tribunal de commerce. Une deuxième tranche de travaux est terminée en 1850 pour accueillir le musée. L’administration communale décide ensuite de s’y installer, ce qui amène un agrandissement aux deux extrémités entre 1850 et 1865. Enfin, un salon de réception est aménagé en 1899, dont les dorures abritent désormais les bureaux de l’état civil.

Son architecture est caractéristique du style néo-classique qui s’y manifeste de diverses façons : harmonie des proportions et symétrie, en particulier avec la mise en valeur de l’entrée et les deux terrasses latérales, utilisation d’éléments empruntés à l’architecture gréco-romaine (pilastres encadrant les ouvertures, frontons au-dessus de l’entrée et des fenêtres), décor sculpté limité à la porte d’entrée auquel s’ajoutent les inscriptions RÉPUBLIQUE FRANCAISE sur la corniche, ainsi que ÉGALITÉ, LIBERTÉ et FRATERNITÉ sur les frontons triangulaires des trois fenêtre centrales du second niveau.

Ce style a été promu par la Monarchie de Juillet (1830-1848) pour apporter de la monumentalité aux édifices publics. En effet, il s’agissait alors de construire des bâtiments pour abriter de nouvelles fonctions (musées, bibliothèque, hôtel de ville…) en répondant à des règles strictes afin de correspondre au statut de l’institution concernée et de marquer son prestige.