Aller au contenu principal

La grande exposition temporaire de printemps du Musée de la faïence et des Beaux-arts de Nevers sera cette année consacrée au verre.

Expo : Le verre au cœur de la France

7/04 > 21/07 - Musée de la faïence
Retrouvez le Printemps des Quartiers : le 15/05 au Banlay, le 18/05 à la Grande Pature, le 22/05 aux Courlis et le 25/05 en centre-ville.

Le Printemps des Quartiers

4 lieux, 4 dates !
Une flotte d’une vingtaine de bateaux est attendue le samedi 18 mai après-midi quai des Mariniers, avec des animations nombreuses pour petits et grands.

Fête de la Loire

Samedi 18 & dimanche 19 mai
Jeudi 21 mars 2019

Trace ta route : l'aventure humaine continue

Sur le tournage de Trace ta route
C'était à la Toussaint 2018 : Serge Sándor, metteur en scène et réalisateur, orchestrait un nouveau tournage à Nevers. Le film raconte une histoire entre Paris et Nevers, entre rires et larmes, entre jeunes et moins jeunes. Une aventure artistique bien singulière qui sera projetée le 20 avril, 20 h, au théâtre municipal.

Un scénario à quarante mains

Avec ce mélanges de générations et de talents, il aura fallu du temps, et surtout de la conviction, pour parvenir à mettre tout le monde à l'aise et ainsi tirer le meilleur de chacun. Après un travail d'écriture en octobre 2017, avec d'ailleurs plus de retraités que de jeunes, les acteurs ont commencé à écrire leur scène. Est alors venue l'idée d'en faire un long-métrage. Au final, ce n'est pas loin d'une vingtaine de scénaristes différents, de 15 à 85 ans, qui ont dû écrire ensemble autour d'un fil rouge proposé par Serge Sándor. Un va-et-vient permanent entre le plateau de tournage et la table d'écriture, car le film n'a cessé de s'enrichir pendant son tournage. Serge Sándor et son complice Bibi Naceri ont parsemé l'expérience de leurs instructions, forts de nombreux projets similaires. Notamment à Nevers, où ils sont en résidence depuis 2015, en étroite collaboration avec la Ville.

Tous les talents sont permis

"Nous avons pu accéder à de jolis lieux de tournage sur Nevers", raconte Serge Sándor. "Le théâtre municipal, l'église Sainte-Bernadette, ou même les locaux de la Police municipale." Leur rôle à eux s'est restreint à cette orchestration scénaristique, et à la motivation de chacun, les jeunes étant au départ un peu plus frileux que leurs aînés. "Avec Bibi, on n'a pas voulu être acteurs du film. On a juste fait un peu de figuration. Le but, c'était vraiment que ce soit leur bébé." Une résolution qui aura bien porté ses fruits, tant l'enthousiasme aura finalement réussi à englober l'expérience de chacun des scénaristes-acteurs. Seuls quelques professionnels du cinéma ont tout de même mis la main à la pâte, sur les postes plus techniques (son, décors...). Sinon, une cinquantaine d'acteurs, une trentaine de figurants, et déjà quelques belles vocations parmi tous ces bénévoles. Trois talents se sont révélés, notamment le rôle principal tenu par Lorie, qui a récemment passé le concours d'admission au Conservatoire d'art dramatique de Lyon, et que nous aurons le plaisir de rencontrer dans une interview à suivre...

 

Sarah Belin 

 

affiche TRACE LA ROUTE_light.jpg