Aller au contenu principal

Le prochain Caf'échange aura lieu jeudi 19 décembre à 18 h 15, à Céréa - Le Banlay (49 boulevard Maréchal Juin).

Caf'échange #35

Jeudi 19 décembre à 18 h 15 - Céréa Banlay
D'un bout à l'autre de Nevers, célébrons ensemble les fêtes de fin d'année.

Nevers en fête

Du 1er au 31 décembre
Exposition "Vaisselle en terre cuite à Neubrandenburg au XXe siècle", musée de la Faïence et des Beaux-arts, du 18/09 au 29/12/2019.

Expo vaisselle en terre cuite

18/09 > 29/12 - Musée de la Faïence
Découvrez les mille et une facettes du trompe-l’œil avec l'exposition temporaire du musée de la Faïence et des beaux-arts Frédéric-Blandin.

Expo trompe-l'oeil contemporains

5/10 > 29/12 - Musée de la Faïence et des Beaux-arts
Mardi 26 novembre 2019

Soins à domicile : un soutien sur-mesure

« Beaucoup n’imaginent pas ce qu’est le métier d’aide-soignante. Ce n’est pas seulement faire la toilette ». L’écoute fait partie du soin.
Quitter leur quotidien est la hantise des personnes âgées. Le Service de soins infirmiers à domicile (SSIAD) de Nevers est un précieux rempart contre cet exil.

La grande salle de pause est leur QG après chaque tournée du matin et de l’après-midi : « Parler en équipe nous permet d’évacuer. Ces deux briefs par jour, c’est important », explique Fanny, l’une des treize aides-soignantes du Service de soins infirmiers à domicile (SSIAD) du CCAS de Nevers.

L’entraide est essentielle dans ce métier « très physique », qui malmène le dos, les épaules, les genoux autant qu’il expose à la détresse, souvent, et à la souffrance de personnes âgées minées par la maladie et le handicap.

Mais Fanny ne se verrait pas en changer, après vingt et un ans au SSIAD (1) : « Le domicile, c’est spécial. On entre dans l’intimité des gens, ce n’est pas forcément évident. On apprend à se connaître, on discute pendant la toilette, ce sont souvent des gens qu’on a depuis longtemps. »

Les visites s’enchaînent à un rythme soutenu, mais sans l’œil sur le chronomètre : « Certains ont besoin qu’on se pose un moment pour parler. » L’écoute fait partie du soin, que ce soit chez Georgette, 97 ans, taquine et vive dans son immeuble du Banlay, ou auprès d’Odette, 82 ans, bravache face au cancer qui revient à l’assaut : « Me v’là toute belle », sourit-elle après la toilette effectuée dans la cuisine – les marches de la salle de bain sont devenues infranchissables.

« Beaucoup n’imaginent pas ce qu’est le métier d’aide-soignante. Ce n’est pas seulement faire la toilette », souligne Fanny en partant de la maison de René, 95 kg invalides et ronchons à déplacer pour le change. Sa femme, Mauricette, s’est cassé le dos à le veiller avant d’appeler Fanny et ses collègues au secours : « Si je ne les avais pas, je ne pourrais pas le garder. »

(1) Le SSIAD a un agrément pour 77 patients (74 âgées et 3 handicapées). Il aura 7 places supplémentaires en 2020. Les 13 aides-soignantes ont réalisé 19 314 interventions en 2018.