Aller au contenu principal

La grande exposition temporaire de printemps du Musée de la faïence et des Beaux-arts de Nevers sera cette année consacrée au verre.

Expo : Le verre au cœur de la France

7/04 > 21/07 - Musée de la faïence
Retrouvez le Printemps des Quartiers : le 15/05 au Banlay, le 18/05 à la Grande Pature, le 22/05 aux Courlis et le 25/05 en centre-ville.

Le Printemps des Quartiers

4 lieux, 4 dates !
Une flotte d’une vingtaine de bateaux est attendue le samedi 18 mai après-midi quai des Mariniers, avec des animations nombreuses pour petits et grands.

Fête de la Loire

Samedi 18 & dimanche 19 mai
Vendredi 8 septembre 2017

Près de 500 000 € de travaux dans les écoles

Les salles de classe de l'école de l'Oratoire ont été refaites du sol au (faux) plafond, éclairage et isolation compris © Gildas Bizeul
Pas de trêve estivale pour les écoles de Nevers. Les grandes vacances ont été consacrées, comme chaque année, à des travaux de rénovation effectués par la Ville. Les ultimes – et menus – chantiers se déroulent en septembre et octobre, au plus tard aux vacances de Toussaint. Le coût total de ces opérations, menées dans 16 écoles, frôle les 500 000 €, dont plus de 330 000 pour les maternelles de Pierre-Brossolette et de l’Oratoire.

Les entreprises et les agents municipaux ont été studieux dans les écoles de Nevers, cet été.  La période est naturellement propice aux travaux les plus lourds ; les ultimes chantiers sont réalisés en septembre et octobre, voire aux vacances de Toussaint. Comme en 2016, ce sont près de 500 000 € qui sont consacrés à la rénovation de ce pan important du patrimoine municipal.

Au sein de la Ville de Nevers, c’est à la Direction de la maintenance du patrimoine (DMP) qu’incombe le pilotage de ces chantiers. Nicolas Lebref, adjoint au directeur de la DMP, et Yann Férec, coordinateur des économies d’énergie, ont orchestré un programme qui a concerné 16 écoles.

Les deux plus importants chantiers ont ciblé l’école maternelle Pierre-Brossolette (Bords de Loire) et l‘école maternelle de l’Oratoire (centre-ville). La première, qui était une véritable passoire thermique, a eu droit à une isolation par l’extérieur, au remplacement des menuiseries extérieures et à la pose d’une ventilation double flux. Les travaux, auxquels s’ajoutent quelques dépenses annexes (accessibilité, démoussage, etc.), ont absorbé 183 000 €.

La consommation énergétique est ainsi passée de 160 kWh/m²/an à 74 : « Avec la loi de 2015 (relative à la transition énergétique pour la croissance verte), il faut réduire de 60 %, d’ici 2050, la consommation énergétique dans les bâtiments publics », explique Nicolas Lebref. La tâche est ample pour Nevers, « qui est au-dessus des villes de la même strate en termes de kWh dépensés par habitant », en raison notamment d’un parc de bâtiments important (240 000 m² environ) et « plus consommateur » que la moyenne.

Dans toutes les salles de classe de l’Oratoire, l’isolation a été faite par l’intérieur : « C’est moins performant que par l’extérieur, mais l’école est dans une zone classée, et il fallait l’accord de l’architecte des Bâtiments de France. » Des faux plafonds ont réglé le problème lancinant de l’acoustique, des LED « très doux » ont remplacé l’éclairage agressif, ce qui change la vie des enfants et des adultes, tout comme le double vitrage et le revêtement de sol flambant neuf : « La Direction des services aux usagers (DSU) a été associée au projet, ainsi que les enseignants, qui ont choisi les couleurs des revêtements », précise Nicolas Lebref. Pour l’Oratoire, le coût total de travaux s’élève à 149 000 €.

La DMP s’appuie sur les compétences techniques des autres services municipaux pour alléger la facture : « Chaque fois que cela est possible, nous faisons travailler les régies – les menuisiers, serruriers, plombiers, etc. Pour certains travaux, cela peut représenter une économie de 50 %. »