Aller au contenu principal

Ça cartoon, du 12 septembre au 31 octobre à la médiathèque

Ça cartoon

Du 12 septembre au 31 octobre - Médiathèque Jean-Jaurès
L'exposition La Jonction d'hier à aujourd'hui se tiendra du 25 août 2020 au 1er septembre 2021.

Exposition La Jonction d'hier à aujourd'hui

Promenade Pascal-François - Jusqu'au 01/09/2021
Cette exposition temporaire est à découvrir jusqu'au 27 septembre au musée de la Faïence et des Beaux-arts.

Exposition François Bonhommé

Musée de la Faïence - Jusqu'au 27/09
Vendredi 14 août 2020

Penser biodiversité, planter local

Végétation spontanée composée de vipérine et de camomille notamment, au niveau du ru.
Pour la première fois cette année, la Ville de Nevers expérimente une démarche de protection de son patrimoine végétal naturel en favorisant des plantations de marque « Végétal local ».

Une jeune "marque" en faveur de la biodiversité locale

 

La marque « Végétal local » a été créée tout récemment, en 2015. Elle est portée par la Fédération des Conservatoires botaniques nationaux, l’AFAC (Association française arbres champêtres) – Agroforesteries et Plante & Cité. C’est également une marque de l’OFB (Office français de la biodiversité) depuis 3 ans. Elle permet de garantir l’origine géographique des plants et des semences (arbres, arbustes et herbacées).

« Cette traçabilité permet d’assurer une parfaite intégration écologique de la flore, puisque les plants sont génétiquement adaptés au climat et aux conditions de la région. Ils sont concrètement plus résistants, poussent mieux et constituent un meilleur support de nourriture et d’accueil pour la faune locale. C’est un cercle vertueux », détaille Valéry Chambenois, chargé de mission développement durable à la Ville.

« Nos planifications urbaines et nos aménagements paysagers doivent se faire en faveur de la biodiversité locale et d’un meilleur bilan carbone. Miser sur des plants de marque « Végétal local », avec tout ce que cela implique en terme de plantation durable, c’est aller dans ce sens », précise Anne Wozniak, adjointe en charge de l’environnement naturel et de l’urbanisme.

Deux aménagements paysagers en 2020

 

À Nevers, deux projets d’aménagements paysagers sont concernés par cette démarche. Le premier projet, visant à créer une haie la rue de la Raie, a été réalisé au mois de mars. Son suivi a été assuré par Stéphanie Labeaume, technicienne études VRD (Voirie et réseaux divers) au bureau d’études pluridisciplinaire de la Ville. « J’ai été sensibilisée par Valéry lors d’une discussion informelle et j’ai trouvé la démarche vraiment intéressante. Je l’ai donc intégrée dans mon CCTP (Cahier des clauses techniques particulières), au chapitre « végétaux ». Ça n’a pas été simple pour les entreprises de trouver les végétaux de la bonne zone géographique, c’est-à-dire issus du Bassin parisien sud, notre zone naturelle de référence. La marque est très jeune et les pépiniéristes sont vraiment aux prémices de leur production. Au final, sur les trois essences qui constituent la haie, deux sont de marque « Végétal local », c’est un début ! » Mais les atouts sont nombreux : « Depuis la plantation, malgré le vol regrettable de certains plants, on constate que ces derniers prennent vraiment très bien et sont surtout économes en ressources. »

Le site de l’ancienne piscine de la Jonction, désormais nommée promenade Pascal-François, constitue l’autre projet d’aménagement paysager avec introduction de plants de marque « Végétal local ». Il est porté par Delphine Deperais, technicienne études espaces verts paysages au bureau d’études également. « En raison du confinement, les travaux de plantations qui n’ont pas pu s’effectuer au printemps, se feront à l’automne. Pour le moment, avec l’aval de notre élue référente Anne Wozniak, nous avons préféré laisser la végétation spontanée et pionnière se développer. » Parmi cette dernière, on retrouve entre autres de la vipérine, de la camomille, de la renouée des oiseaux, du plantain, du trèfle… qui font le bonheur des insectes et pollinisateurs du coin, de part et d’autre du ru.

À l’automne, en plus des aménagements horticoles « classiques » du site, l’espace du ru devrait garder son aspect prairie naturelle avec l’ensemencement d’un mélange labellisé « Végétal local » à 100 %, qui sera agrémenté d’une saulaie plantée en bosquets. Le gazon utilisé devrait être lui aussi labellisé « Végétal local ».