Aller au contenu principal

Logo Facebook

Logo Twitter

Logo Instagram

Logo Vimeo

Logo Pinterest

Pictogramme Flux RSS

Une journée sur le thème de la justice sera l'occasion de revenir sur l'histoire du Palais ducal.

Délits, énigmes…

Samedi 24 février, au Palais ducal
Les acteurs de la santé dans la Nièvre se retrouveront pour des états généraux à la MCNA.

Rendez-vous à la MCNA jeudi 1er mars

Découvrez la grande exposition itinérante consacrée au grand peintre russe Léopold Survage.

Exposition Survage

Jusqu'au 29 avril au Musée de la Faïence et des Beaux-Arts
Mardi 9 janvier 2018

Maxime Bonnot décloisonne l'esprit d'entreprise

L'Union des entrepreneurs nivernais (UEN) a été créée par Maxime Bonnot (debout à droite) pour resserrer les liens entre adhérents et accompagner les créateurs d'entreprise.
Patron à 24 ans de deux entreprises, Maxime Bonnot réussit le paradoxe d'être arrimé à son quartier d'enfance (Alsace-Lorraine-Rotonde) tout en imposant le mouvement perpétuel à ses idées. Le créateur de l'agence Stéphane Plaza Immobilier et du bar Hello World a initié parallèlement l'Union des entrepreneurs nivernais (UEN) pour donner du corps à son réseau professionnel. Et du sens, via l'accompagnement des futurs (top) chefs d'entreprise.

Seules les études ont éloigné Maxime Bonnot de Nevers. Chalon-sur-Saône, Dijon et Besançon n'ont pas eu raison de son attachement excentrique à son quartier excentré, Alsace-Lorraine-Rotonde, qu'il "vend" à son interlocuteur avec une ferveur d'agent immobilier : "C'est un quartier qui se développe et va se développer. C'est le quartier de Nevers qui a le plus fort potentiel ; on est entre le cinéma et la futur piscine, il y a la Banque de France, Pôle emploi... Vous pouvez regarder, il n'y a pas de vacance commerciale."
Un peu grâce à lui : le 9 mai 2016, Maxime Bonnot a ouvert la "62e" agence Stéphane Plaza Immobilier dans l'ancienne auto-école de la Rotonde, à quelques dizaines de mètres de l'école où il a débuté sa scolarité ; le 13 avril 2017, il inaugurait Hello World, novateur bar à jeux vidéo "vintage", en lieu et place du bar du Pont, fermé. Un lieu chargé d'histoire personnelle : "Ma mère m'y emmenait après l'école boire un vittel-menthe dans un verre à ricard", se souvient-il. "Quand j'ai vu que le bar était à vendre, je me suis dit que j'y installerais Hello World."
À 24 ans, Maxime Bonnot est un juvénile pilier de quartier qui n'imaginait pas son futur ailleurs qu'à Nevers. Tout le contraire d'une absence d'ambition : "J'ai toujours dit que j'allais revenir à Nevers. J'en ai eu l'opportunité quand j'ai rencontré Stéphane Plaza sur un salon à Reims, en octobre 2015. C'est lui qui m'a donné envie de faire de l'immobilier, quand j'avais 13 ou 14 ans." Dans sa famille chevillée au secteur social, le choix n'est pas hérétique, assure-t-il : "On fait de l'empathie, de la bienveillance. C'est la marque de fabrique Stéphane Plaza."
Son bar Hello World revendique lui aussi un caractère social, à la façon d'un café à l'ancienne où les mondes se croisaient autour du flipper et du baby-foot : "On a une vraie clientèle, ce qui m'a permis d'embaucher une serveuse à temps plein." Et de rêver éveillé à un concept déclinable, car inédit, dans les villes de 30.000 à 70.000 habitants : "Cette année, je vais ouvrir Hello World à Bourges en mon nom propre." D'autres ouvertures devraient suivre, à partir de 2019. Avoir pour meilleur ami un avocat d'affaires (chalonnais) aide Maxime Bonnot à avancer sans dérailler sur la voie express de la création d'entreprise : "J'ai cette fibre. J'ai d'autres projets, par exemple un restaurant péniche à Nevers."
Dans son univers bien tassé de jeune homme pressé, l'Union des entrepreneurs nivernais (UEN) aménage une terrasse avec vue : "J'avais autour de moi un réseau de chefs d'entreprise qu'il fallait formaliser pour que chacun pense à l'autre de façon plus automatique. Dans le business, on s'oublie vite... On se retrouve une fois par mois, un vendredi, pour un petit-déjeuner et une visite d'entreprise. Cela permet de savoir où chacun travaille, ce que chacun fait." Mais l'entre-soi n'est pas la finalité : "On veut accompagner les créateurs d'entreprise. Parmi nous, il y a des experts comptables, des assureurs, des banquiers, des agences d'intérim." Des sources de conseils que Maxime Bonnot n'a pas connues quand il s'est lancé.
L'UEN compte actuellement 25 adhérents, et devrait monter en puissance cette année : "On va créer un site internet, une plaquette, et organiser un événement en septembre, un petit salon professionnel." L'association est aussi la vitrine d'une dynamique occultée par les nappes de statistiques souvent plombantes pour la Nièvre : "Je me bats tous les jours contre les discours pessimistes. On est là, on existe, on veut faire des choses. Je crois à Nevers malgré la démographie, le revenu moyen. C'est la ville qui m'a éduqué, je veux lui rendre ce qu'elle m'a donné."

 

Sébastien Chabard
 

En savoir plus

Pour contacter l'UEN : 07.57.07.60.69.