Aller au contenu principal

Présentation de la saison culturelle 21/22 au Théâtre de Nevers le 11/06.

Présentation de la saison culturelle 21/22

11/06 au Théâtre
Participez au collectif de proximité

Banlay : participez au collectif de proximité

Du 1er au 20 juin
Exposition "Quand Ariol rencontre Petit Poilu" du 22 mai au 4 septembre à la médiathèque Jean-Jaurès.

Exposition "Quand Ariol rencontre Petit Poilu"

Du 22/05 au 04/09 - Médiathèque Jean-Jaurès
Retour à la vraie vie à partir du 19 mai !

Retour à la vraie vie !

Neversois, à vos agendas !
Les prises de rendez-vous se font par téléphone uniquement au 03.58.58.33.33.

Centre de vaccination

Prise de rendez-vous : 03.58.58.33.33
Vendredi 26 juillet 2019

Le yoga du rire pour jouvence

Le yoga du rire a déjà conquis plusieurs résidentes de l’EHPAD Daniel-Benoist.
Bon pour le moral, les articulations et l’imagination, le yoga du rire a déjà conquis plusieurs résidentes de l’EHPAD Daniel-Benoist.

Elles haussent les épaules en répétant « j’m’en fous », un grand sourire aux lèvres. Préparent une pâte à crêpes imaginaire en cassant des œufs invisibles, conduisent une voiture en évitant les fossés et en tournant un cercle de plastique. Assises dans la salle de kiné de l’EHPAD Daniel-Benoist, les cinq résidentes suivent l’animatrice Sylvie Chesnais dans les délires de son yoga du rire. Des délires soigneusement préparés et écrits à l’avance, comme pour chaque séance de cette discipline qu’elle a introduite dans la maison de retraite.

L’air de rien, avec ces jeux de rôle, ce sont les articulations qui travaillent, les épaules, les poignets, les coudes, les phalanges. Et, surtout, « l’imaginaire », rarement sollicité chez les personnes âgées : « Et pourtant, elles ont tellement besoin d’imaginer », sourit celle qui fut aide soignante pendant 32 ans à Daniel-Benoist avant de se reconvertir en 2018 à l’animation à cause de problèmes de dos – la malédiction des aides soignantes. « Je me suis formée à la gym douce, au massage et au yoga du rire. Au début, le yoga du rire, c’était pour moi, et quand j’ai vu que j’avais moins mal au dos après les séances, je me suis dit que ça pouvait être utile à l’EHPAD. »

Après quelques mois, le bilan est déjà plus qu’encourageant : « Cela se passe mieux que je l’imaginais. Je les vois rire, sourire, être créatives. Et elles reviennent, c’est bon signe. Quand je les croise dans les couloirs, elles me regardent en haussant les épaules et en disant « j’men fous ». » En riant.