Aller au contenu principal

Exposition "Vaisselle en terre cuite à Neubrandenburg au XXe siècle", musée de la Faïence et des Beaux-arts, du 18/09 au 29/12/2019.

Expo vaisselle en terre cuite

18/09 > 29/12 - Musée de la Faïence
L'école municipale des sports anime les vacances de Toussaint des 5/12 ans avec de multiples activités.

Vacances multisports 5/12 ans

Du 21/10 au 1er/11
Découvrez les mille et une facettes du trompe-l’œil avec l'exposition temporaire du musée de la Faïence et des beaux-arts Frédéric-Blandin.

Expo trompe-l'oeil contemporains

5/10 > 29/12 - Musée de la Faïence et des Beaux-arts
Mardi 27 novembre 2018

Le libre comme carte mère

La Ville de Nevers labellisée "Territoire Numérique Libre" en novembre 2018.
Ce mois-ci, la Ville de Nevers a obtenu le niveau 4 (sur 5 possibles) du label « Territoire Numérique Libre », au même titre que Nancy, Rennes, Paris ou Marseille. Explications.

Initiative de l’Adullact, ce label aux 3 années d’existence a pour but de promouvoir les usages numériques libres, citoyens et collaboratifs au sein des collectivités territoriales. Dans ce domaine, la Ville de Nevers est impliquée depuis plus d’une dizaine d’années, grâce notamment aux agents de la Dinsi (Direction de l’innovation numérique et des systèmes d’information) sensibilisés à ces questions et défenseurs en interne du libre. Ils sont soutenus politiquement par le maire de Nevers, Denis Thuriot, très favorable au déploiement des solutions libres au sein de la collectivité.

Mais au fait, le libre, qu’est-ce que c’est ? Lorsque vous utilisez Firefox comme navigateur internet ou que vous vous servez de VLC pour lire vos films ou écouter de la musique, vous utilisez, peut-être sans le savoir, un logiciel ou un outil libre. Ces derniers sont régis par 4 principes : la liberté de les utiliser, celle de pouvoir les copier, les étudier, les modifier et partager leurs versions améliorées. Pour Stéphane Bernier, directeur de la Dinsi, Alexandre Magnet et Thomas Relin, ses deux principaux promoteurs en interne, l’enjeu pour la collectivité est d’atteindre « une meilleure maîtrise de ses outils informatiques, tout en ayant la liberté de pouvoir les adapter au plus près des besoins des agents ». Les bénéfices du libre sont nombreux pour la collectivité. Grâce à l’ouverture du format des données (open data), finie la dépendance vis-à-vis des éditeurs et vive l’accès facilité aux données produites. Les dépenses publiques s’en retrouvent mieux maîtrisées, grâce à la publication et la libre réutilisation du « code informatique », mais aussi grâce à la mise en concurrence des contrats de maintenance ou d’évolution, puisqu’un logiciel libre est par principe la propriété de tous. Elles entrent enfin dans un cercle vertueux, puisque la collectivité, en s’appuyant sur des compétences locales, participe indûment au développement économique local. Alexandre conclut en résumant la philosophie du libre : « Ce que je construis, je l’améliore et je le mets à disposition ». En effet, chaque collectivité dispose d’un catalogue de logiciels libres et réutilisables à moindre coût.

Si la Ville a longtemps été « consommatrice » du libre pour ses plateformes et outils techniques internes (Drupal comme plateforme d’hébergement pour le site internet nevers.fr, WebDelib pour la gestion des délibérations, IdeLibre pour la consultation et PESV2 GLPI pour la signature électronique des actes, etc.), depuis 2016, elle s’est fait également « promotrice », grâce notamment à l’arrivée de Jérémie Nestel, coordinateur en charge du développement du numérique sur le territoire. Des évènements d’envergure et à destination du grand public ont ainsi pu voir le jour à Nevers comme l’accueil de Richard Stallman, l’un des fondateurs du logiciel libre, ou encore l’organisation des Rencontres nationales du Raspberry pi chaque année depuis 2016.

Mais La Dinsi ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et ambitionne de devenir de plus en plus « contributrice », en développant et en améliorant les outils libres et formats ouverts, mais surtout en partageant ses connaissances et compétences avec « la communauté », c’est-à-dire les autres collectivités territoriales et entités locales souhaitant s’impliquer dans ce mouvement.

Côté grand public, après une démarche de démocratie et budget participatifs initiée en 2018 par le Conseil municipal des jeunes, cette dernière devrait s’affirmer encore plus en 2019.

BB

 

En savoir plus

► La Ville détient d'autres labels. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter la page Labels du site.