Aller au contenu principal

Les Vacances multisports d'été démarrent le 16 juillet. Inscriptions à partir du 8 juillet.

Vacances multisports d'été

Inscriptions du 08 au 15/07
Rendez-vous sur nevers.fr pour découvrir les modalités de réservation.

Saison culturelle 2020/2021

Réservations à partir du 13 juillet
Cette exposition temporaire est à découvrir jusqu'au 27 septembre au musée de la Faïence et des Beaux-arts.

Exposition François Bonhommé

Musée de la Faïence - Jusqu'au 27/09
COVID-19, les gestes barrières.

COVID-19

Ville de Nevers : 03.86.68.46.46 / CCAS : 03.86.71.80.00
L'exposition Céramiques de La Montagne - Saint-Honoré-les-Bains est le fruit d'une donation majeure au musée de la Faïence et des Beaux-arts. A découvrir jusqu'à la fin de l'année 2020.

Céramiques de La Montagne

Musée de la Faïence - Jusqu'au 28/12
Jeudi 28 mai 2020

La vie en EHPAD pendant la crise sanitaire

Après l'isolement, le temps des visites est revenu à l'EHPAD Daniel-Benoist.
Le pôle Seniors du centre communal d'action sociale (CCAS) nous livre un texte sur l'isolement vécu au plus fort de la crise sanitaire, alors que les visites ont désormais repris à l'EHPAD Daniel-Benoist.

« Le premier soir je me suis donc endormi sur le sable à mille milles de toutes terre habitée. J’étais bien plus isolé qu’un naufragé sur un radeau au milieu de l’océan. Alors vous imaginez ma surprise, au lever du jour, quand une drôle de petite voix m’a réveillé. Elle disait… » (Antoine De Saint-Exupéry, Le Petit Prince)

S’il te plait dessine-moi un coussin, une tablette…. Un pas vers nos proches et des visites pour notre bien être.

COVID19….. 19… nous sommes tous nés en 19… 1920…1930…

Que pourrions-nous dire de ce COVID…..

Cœur
Organisation
Vie
Isolement
Devenir

Nous avons dû faire face à un manque cruel de visites, de toucher, d’odeurs, d’embrassades, de regards…

Privés des nôtres, nous, les « ainés », les « âgés » sommes restés comme dans un cocon dans nos chambres bleue, verte, rose,… avec pour seules visites celles de soignants en blanc, masqués… tous les mêmes, sans émotions palpables et quasi méconnaissables pour nous.

Nous avons tous connus la guerre, voire deux guerres, mais jamais nous n’avions connu ni même pensé un jour connaitre un ennemi invisible et sournois.

S’il te plait dessine-moi un coussin et une tablette…

Il a donc fallu penser et repenser nos relations les uns avec les autres ou peut être plus les uns sans les autres. Aidés de la technologie et de nos professionnels, nous avons pu mettre en place un lien impalpable, virtuel avec nos proches. Enfin, les voir, leur parler, vérifier qu’ils vont bien et les sentir à nouveau proche de nous.

L’utilisation de la technologie, d’internet, pour nous qui avons 80, 90, 100 ans… Quelle aventure… Une aventure impensable, nous qui avons connus la plume et l’encre… L’ordinateur, les tablettes bon, nous avions déjà vu, entendu parler de ça… Mais un coussin qui permet de téléphoner, de contacter nos proches, de les voir… Mais aussi de regarder des photos, d’écouter de la musique… Et tant d’autres choses encore.

Il a fallu apprivoiser ces nouveaux outils pour beaucoup aidés de nos soignants dévoués, courant partout pour être auprès de chacun et ne rater aucun appel…. 80 résidents, 80 familles... Quelques tablettes, des coussins et nous voilà de nouveau ensemble…

Certains sont hardis et ne craignent rien. Ils jouent avec, osent la découverte...  Ils tapotent sur ce coussin comme des enfants, s’amusent et sont presque fascinés par la chose ! D’autres plus réticents, ont besoin d’être aidés et rassurés avec ce nouveau mode de communication.

Après une période difficile, sans voir personne de nos proches, nous voilà de nouveau autorisé à nous rencontrer… Une autre aventure va démarrer, celle des visites tant attendues, espérées, rêvées…

Nous qui avons vécu déjà tant de choses, nous voilà encore confrontés à quelque chose d’incroyable… Nous avons vécu la guerre, avons été privés de nourriture, d’argent... Mais jamais nous n’avions été privés de relations. Aujourd’hui, nous avons le droit enfin de revoir notre famille.

Nos visites sont de nouveau possible mais dans quelles conditions… Là encore, nous sommes contraints de devoir être séparés…. Un plexiglass, une pièce sécurisée pour notre bien-être et nos visiteurs masqués, gantés, avec une tenue aseptisée…

Nous sommes baignés d’un double sentiment. Que cela est difficile et doux de revoir nos proches, nos enfants, nos conjoints….

Qu’il est bon de simplement les voir en bonne santé… Des rencontres de quelques minutes. Quelques minutes que nous aimerions voir durer des heures afin de juste être près d’eux… Sans parler, juste à les voir, les sentir aller bien, les voir nous sourire, nous rassurer.

Malgré les efforts continus des équipes pour les rassurer sur notre état de santé, notre moral… Eux, nos familles aussi avaient besoin de nous revoir, de vérifier que nous étions bien là, capables de leur sourire et de les aimer encore.

Au-delà des questions sur ce virus, invisible qui nous hante, nous pouvons aujourd’hui comprendre et user d’avantage de cette technologie qui nous entoure et qui nous permet de nous sentir encore plus proche les uns des autres.

Les visites, aseptisées, nous effraient probablement encore un peu. Nous n’avons pas conçu nos relations affectives à travers des masques, des gants, des plexiglass, et des espaces d’un mètre qui protègent les uns et les autres. Cependant, ses visites, quoique pouvant être douloureuses de ne pouvoir vous serrer contre nous, nous apportent une douceur qui nous aide quotidiennement.

Texte rédigé par le pôle Seniors du centre communal d'action sociale (CCAS) de Nevers.

Marina Bonneau, directrice de l'EHPAD Daniel-Benoist : « L'ensemble des professionnels de l’EHPAD (soignant, administration, animation, restauration, agent de service au sein des services et à la lingerie, etc.) ont réalisé un travail exceptionnel grâce à la collaboration, la cohésion, la solidarité. Je suis très fière d’avoir pu et de les accompagner et je les remercie pour leur bienveillance tant auprès des résidents, des familles, de leurs collègues mais également envers moi-même. Un grand merci et un grand bravo à eux ».