Aller au contenu principal

Journées du patrimoine du 18 au 20 septembre.

Journées du patrimoine

Du 18 au 20 septembre
Ça cartoon, du 12 septembre au 31 octobre à la médiathèque

Ça cartoon

Du 12 septembre au 31 octobre - Médiathèque Jean-Jaurès
Caf'Echange #45

Caf'Echange #45

Ven. 18 septembre à 18 h, Hello World (4 rue du 13e de Ligne)
L'exposition La Jonction d'hier à aujourd'hui se tiendra du 25 août 2020 au 1er septembre 2021.

Exposition La Jonction d'hier à aujourd'hui

Promenade Pascal-François - Jusqu'au 01/09/2021
Cette exposition temporaire est à découvrir jusqu'au 27 septembre au musée de la Faïence et des Beaux-arts.

Exposition François Bonhommé

Musée de la Faïence - Jusqu'au 27/09
Lundi 16 septembre 2019

Jeunes et joliment citoyens (1/4)

Guidés par un éducateur de l’association Interstice, les jeunes vont d’immeuble en immeuble, frappent aux portes des habitants âgés.
C’est l’âge des passions, des idéaux, des absolus. La jeunesse est un feu dans lequel se forge, aussi, l’âme citoyenne. Nevers l’alimente et s’y réchauffe.

Dans la Grande-Pâture écrasée de soleil, la grappe de doudounes bleues sans manches ne passe pas inaperçue. Guidés par un éducateur de l’association Interstice, les jeunes vont d’immeuble en immeuble, frappent aux portes des habitants âgés, souvent seuls, qui se sont inscrits auprès du Centre communal d’action sociale (CCAS) et de Nièvre Habitat pour recevoir ces visites. Comment vont-ils ? Supportent-ils la chaleur ? Ont-ils des soucis particuliers ? Quelques phrases, parfois plus, une petite bouteille d’eau en cadeau, et ils redescendent pour un rapide débrief avec l’éducateur : « La dame du 480, elle a l’air grave triste », explique l’un.

Enthousiastes et soudés, Gaby, Yasmin et Charlène promènent leur bonne humeur de porte en porte. Six heures par jour, pendant un mois, ils participent au dispositif expérimental « Les jeunes veillent sur leurs aînés », lancé par la municipalité et le CCAS avec Nièvre Habitat, Nevers Agglomération, et Interstice comme opérateur. Au bout, une aide de 1 000 € pour passer le permis – directement versée à l’auto-école – mais cette carotte est absente de leur discours sur une expérience citoyenne qui les emballe : « Quand on devient ado, on perd la notion des personnes âgées. Cette mission nous donne l’occasion de recréer du lien », souligne Gaby. « Des fois, on voit des choses qui font mal, comme cette dame qui n’est pas sortie de chez elle depuis huit mois. »

"Les jeunes apportent du bonheur"

Originaire d’Erythrée, Yasmin s’émeut : « Dans ma culture, c’est mal de laisser les personnes âgées toutes seules. En tant que jeunes, on doit s’occuper de nos aînés. » Solide Martiniquais, Gaby rigole des réactions que suscite parfois son nouveau rôle : « On ramène l’espoir. Et on montre que les jeunes apportent du bonheur. »

Ce retour ne surprend pas Salah Hamdaoui, directeur de l’association Interstice, qui intervient depuis des années dans les quartiers Politique de la ville (QPV). L’aspiration altruiste est toujours présente dans la jeunesse de ces territoires fragiles, même si la donne a changé : « Il y a une crise d’identité. On a tellement délaissé la citoyenneté, en se focalisant sur la consommation, que les jeunes ne savent plus ce que c’est. » De chantiers de jeunes en participation aux cérémonies commémoratives, de maraude auprès des SDF avec la Croix-Rouge, l’hiver dernier, au futur chantier éducatif international qui emmènera treize jeunes forer un puits au Togo, c’est une conscience citoyenne qui se recoud, fil à fil : « Un jeune qui va au Togo, chez l’habitant, il va se poser des questions, ça va créer une réflexion. »

Favoriser l’épanouissement de la citoyenneté parmi sa jeunesse est une philosophie bien ancrée dans le paysage neversois. Les conseils de jeunes (conseil municipal d’enfants et conseil municipal junior) y font partie du paysage depuis longtemps. Ils ont été rejoints, début 2018, par le Conseil neversois de la jeunesse (CNJ), qui donne aux 18-25 ans un avant-goût de l’action publique et du montage de projets d’intérêt général, sans oublier les exigences qu’engendre un tel engagement.

Des expériences locales ou internationales

Pour d’autres, l’expérience s’acquiert grâce au voyage, avec le Corps européen de solidarité (ex-Service volontaire européen), un programme de l’Union européenne qui permet aux 18-30 ans de partir en mission de deux à douze mois pour des actions de solidarité. En mairie, le service Mobilité internationale a ainsi fait partir plus de 30 Neversois et Nivernais, de même que des jeunes d’autres régions, depuis 2012, tout en organisant la venue et l’accueil de 15 volontaires européens à Nevers.

Ces expériences, locales ou internationales, ont la vertu collatérale d’enrichir un CV et de piquer la curiosité d’un employeur. L’effet dopant sur la recherche d’emploi est également un des atouts du service civique, engagement volontaire de six à douze mois pour des missions d’intérêt général (1) proposé aux 16-25 ans. Le dispositif d’Etat vaut moins par sa rémunération (473 € nets par mois) que par les horizons qu’il ouvre.

Des services civiques pour plus de service

A Nevers, 26 services civiques travaillent actuellement au sein de la municipalité et du CCAS. Une plus-value pour la collectivité, qui peut ainsi proposer aux habitants des services supplémentaires, inédits. Au Relais seniors du CCAS, à la Roseraie (quartier des Courlis), Aurélie Delpey, 23 ans, et Ambre Vallet, 25 ans, ont été recrutées pour rendre des visites régulières, hebdomadaires voire bihebdomadaires, à des personnes âgées souvent isolées. « On y passe une heure, on discute, on fait des jeux », détaille Aurélie Delpey, qui comme sa collègue a suivi des études dans les services à la personne et souhaite travailler dans le social : « Une telle expérience, c’est mieux sur un CV. »

Bénéfique pour elles, l’initiative l’est autant pour les personnes âgées – vitale, parfois : « Une dame nous a dit que si personne n’était venue, elle se serait suicidée », murmure Aurélie Delpey. « On vient rompre leur solitude. » Ambre Vallet acquiesce : « On se sent utile, c’est valorisant. Et on est toujours bien accueillies. Pendant la canicule, on a aussi une liste de personnes à appeler, et on va les voir si on sent qu’elles en ont besoin. »

La jeunesse est un des piliers de la Direction des proximités dont Ali Haddou tient les rênes depuis l’été 2018. Avec « s’exprimer », « s’informer » et « oser », « s’engager » est le quatrième pôle du Pacte jeunesse élaboré pour la jeunesse neversoise : « Les jeunes veulent s’engager, mais à condition qu’on mette du sens dans les projets. Ils veulent mettre du sens dans la vie. On doit être attentif à ça, à l’évolution des pratiques. Il faut innover, être un laboratoire, une fabrique à entreprendre. Par exemple, on travaille sur les fêtes de fin d’année, sur des projets avec les gens isolés, les plus fragilisés. On peut être déclencheur de valeurs mises en sommeil chez les jeunes. »

Sébastien Chabard

(1) Dans un des neuf domaines d’interventions « reconnus prioritaires pour la Nation », selon les textes officiels : solidarité, santé, éducation pour tous, culture et loisirs, sport, environnement, mémoire et citoyenneté, développement international et action humanitaire, intervention d’urgence.