Aller au contenu principal

Logo Facebook

Logo Twitter

Logo Instagram

Logo Vimeo

Logo Pinterest

Pictogramme Flux RSS

Venez participer en vélo au parcours famille à partir de 14 h !

Journée du Bien-être

Samedi 23 mars - Parc Salengro
Nouveauté, l’école de la Barre-Manutention accueillera à la rentrée 2019 une classe à horaires aménagés à dominante musicale (CHAM) de niveau CM1.

Ouverture d'une CHAM

Rentrée 2019 > niveau CM1 - Candidature jusqu'au 8/04
Du 11 au 22 mars, procédez à l’inscription de votre enfant qui s’apprête à intégrer l’une des écoles publiques de la ville.

Inscriptions scolaires

Du 11/03 au 22/03 > accueil éducation (Hôtel de Ville)
Mercredi 12 décembre 2018

Heureux les heureux : une Carole Bouquet aux quatre visages

Carole Bouquet dans Heureux les heureux, le mardi 18 décembre à 20 h au Théâtre municipal de Nevers
Le mardi 18 décembre, Carole Bouquet campera quatre corps en un théâtre dans une adaptation du roman de Yasmina Reza Heureux les heureux. L’occasion de quelques questions avant une première venue à Nevers qui, à n'en point douter, fera vibrer de rire chaque recoin de notre petit théâtre.

Quelle est la genèse de cette adaptation de Heureux les heureux (1) avec Yasmina Reza ?

Ce n’est pas la première fois que Yasmina et moi travaillons ensemble, il y avait déjà eu Le Pique-nique de Lulu Kreutz(1) au cinéma, mais c’est une première au théâtre. Nous nous connaissons bien, nous en avons eu l’idée ensemble, en parlant. L’œuvre originale présente vingt-huit portraits, comme un labyrinthe de maris et de femmes, nous en avons conservé quatre pour la pièce, deux couples, les Toscano et les Barnèche. Ce sont quatre personnages qui pouvaient exister par eux-mêmes, sans les autres portraits. Maris et femmes, à raison de quinze à vingt minutes de monologue chacun, existent l’un dans l’autre.

Jouer le couple, alterner entre le mari et la femme, incarner les deux sexes, en passant d’un corps à l’autre, quelle expérience en retirez-vous ?

Je n’y vois pas de différence ! Les portraits s’équilibrent. De toute façon, l’écriture de Yasmina Reza n’est pas manichéenne. Elle est faite de détails, d’anecdotes du quotidien, de broutilles qui prennent des proportions folles, ce qui se prête bien au couple, un thème de prédilection chez Yasmina. Au final, je joue un homme comme je joue une femme, personne n’est épargné et le public rit ! La solitude de l’un, l’exaspération de l’autre, la vie de couple, les manies et tourments ont la part belle. Par exemple avec Monsieur Toscano, qui est pris d’angoisse dans un supermarché, qui en souffre, qui y va quand-même… et qui nous fait rire !

Jusqu’à quand jouez-vous ce seul en scène ?

Cette date à Nevers sera la dernière, puis je reprendrai la pièce dans un an à Paris, mais sous un nouveau titre, plus juste, puisque l’adaptation se concentre donc sur quatre des vingt-huit personnages initiaux : Heureux les heureux deviendra Les Toscano et les Barnèche. Il y a quelque chose de presque clownesque dans ce nouveau nom !

Nevers, c’est une première pour vous ?

En effet, je ne suis jamais venue ! Et je compte bien profiter de la ville.

 

Propos recueillis par Sarah Belin

(1) D’après le roman Heureux les heureux, Yasmina Reza, 2013, Flammarion
Adaptation de Yasmina Reza et Carole Bouquet
Mise en scène de Jacques Connort

(2) Didier Martiny, 2000

Acheter des places pour ce spectacle
Site du théâtre municipal