Aller au contenu principal

Logo Facebook

Logo Twitter

Logo Instagram

Logo Vimeo

Logo Pinterest

Pictogramme Flux RSS

Rendez-vous samedi 17 novembre, à 10 h au Palais ducal, pour la 2e édition de la marche bien-être et découverte organisée par la Ville de Nevers.

1, 2, 3... Marchons !

17/11 à 10 h, Palais ducal - Marche découverte
Deux journées pour inviter les petits citadins (et les grands) à la découverte des animaux de basse-cour.

Salon des animaux de basse-cour

Les 17 (9h>18h) & 18/11 (9h>17h30) - Centre-expo
Fêtons ensemble les 60 ans du Ciné-Photo Club ! Une exposition à découvrir au Palais ducal.

Expo Ciné-Photo Club Nivernais

Du 10 au 24/11, Palais ducal
Mardi 10 avril 2018

Deux expositions et un colloque

Les illustrations de Thierry Dubois seront exposées à la médiathèque Jean-Jaurès.
Reliant Paris à la Côte d’Azur, via Fontainebleau, Nevers, Roanne et Lyon, la route nationale 7 est l’une des plus anciennes routes de France. Elle a longtemps symbolisé la route des vacances vers le sud. La 7 a ses chansons, ses musées, ses haltes obligées, et même son jeu, les 1000 Bornes ; le nom faisant référence à la distance totale de cet axe routier, 996 km exactement. Deux expositions lui seront consacrées du 27 avril au 16 septembre.
La route la plus populaire de France va du cœur de Paris aux portes de l’Italie, traverse 14 départements et en dessert 26. La chanson et le cinéma ont forgé sa légende. Tout le monde connaît la chanson de Charles Trenet évoquant si bien l’ambiance de cette "Route des vacances / Qui traverse la Bourgogne et la Provence". Mais savez-vous que pas moins de 70 chansons y font référence ? Au cinéma, cette route apparaît dans nombre de films, comme Gasoil (1955), Le Corniaud (1965) ou Pierrot le Fou (1965). Un film lui a même été dédié en 2000 : Nationale 7 de Jean-Pierre Sinapi.

Une route royale, impériale et nationale

Mais s’élancer sur la RN 7, c’est aussi faire un voyage dans le temps. Voie créée par les Romains, elle a subi les évolutions de l’histoire de France : création des relais de postes au XVe siècle, maillage du territoire créé par Napoléon Ier en 1811 avec la route impériale N° 8 de Paris à Rome, par Gênes et Florence. Avec la révision du système de numérotation des routes impériales en 1824, elle prend le nom de route royale N°7. Cette voie de communication majeure à l’échelle du pays a joué un rôle important pour l’actuel département de la Nièvre qu’elle traversait selon des itinéraires qui ont évolué selon les époques. Si le tracé de la Route nationale 7 a été modifié, on peut encore retrouver l’empreinte du bâti et l’écho des activités liés à cette route mythique… Route royale, route impériale, elle devint ensuite route nationale avec la IIIe République.

Déjà sacrée première route touristique de France en 1935 sous le nom de « route Bleue », elle eut son Comité central, ses dépliants aguicheurs et fut lancée à grand renfort de bals, de fêtes champêtres et de reines de beauté, tout au long du parcours. Cette route a connu son âge d’or entre 1930 et 1960, suite à l’apparition des congés payés en 1936, les Français disposant pour la première fois de deux semaines de vacances et en profitant pour se rendre à la mer, sur la Côte d’Azur. La démocratisation de la voiture a aussi contribué au formidable essor de la 7, jusqu’à la fin des années 1950. C’est la construction d’autoroutes qui a ensuite amorcé son déclin.

Mythes et réalités de la Nationale 7

Deux expositions seront présentées, du 27 avril au 16 septembre 2018, l'une aux archives départementales de la Nièvre : « la RN 7, route historique », l'autre à la Médiathèque municipale de Nevers : « la RN 7, route mythique ».
Aux archives, une sélection de cartes et plans, de photographies, de documents techniques, d’archives publiques et privées évoqueront la construction, l’entretien, les modifications de la route, particulièrement tout au long de son parcours nivernais.
Plusieurs dizaines de planches originales, croquis et dessins de Thierry Dubois seront présentés à la médiathèque de Nevers mais également à la bibliothèque municipale de Fourchambault. Ce dessinateur, passionné d’histoire et d’automobiles, spécialisé dans les ambiances routières du passé qu’il restitue à merveille, permettra au public de découvrir, pour la première fois, quelques aspects inédits de son travail, véritable mémoire graphique de la Nationale 7.

Les 25 et 26 mai, la Société académique du Nivernais proposera un colloque intitulé « De la route antique à la route du futur ». La Nationale 7 est actuellement remise à l’honneur par des associations qui reconstituent le mode de circulation des années 1960, empreint de la nostalgie d’une époque, dont les vacances et le voyage par la N7 incarnaient, dans un état d’esprit optimiste généralisé, le progrès, la modernité et une certaine forme de bonheur. Depuis la construction du réseau autoroutier, la Nationale 7 est une route déclassée, résultat des transformations récentes des modes de vie, de circulation et plus largement des différentes strates d’aménagement. Ce sont ces paradoxes qui seront évoqués à l’occasion de ce colloque, en tentant de nous interroger sur ce croisement dans le temps entre mythe et réalités.

En savoir plus

Du 27 avril au 16 septembre.

Archives départementales de la Nièvre, rue Charles Roy.

Médiathèque Jean-Jaurès, 17 rue Jean-Jaurès.

Colloque au Palais ducal les 25 & 26 mai. Télécharger le programme. Renseignements et inscriptions : societeacad58@yahoo.fr