Aller au contenu principal

Exposition : Les œuvres sortent de leurs réserves

Les œuvres sortent de leurs réserves

Du 15/09 au 28/11 - Musée de la Faïence
Les prises de rendez-vous se font par téléphone uniquement au 03.58.58.33.33.

Centre de vaccination

Salle des Eduens - Prise de rendez-vous : 03.58.58.33.33
Mardi 18 mai 2021

Des travaux qui respectent la biodiversité

Le géotextile installé place Mossé est un dispositif de protection à destination de la faune locale. Il restera en place durant tout l'été.
Depuis le début du mois, un grand géotextile gris recouvre la totalité du mur de la place Mossé, ainsi qu’un bout du pont de Loire. Mais à quoi sert-il ? Levons le voile sur ce mystère.

Des dispositifs pour protéger la faune locale

 

Du côté de la Ville de Nevers, on prend très au sérieux le bien-être de la faune locale domiciliée place Mossé, surtout en cette période de travaux. C’est pourquoi, durant toute leur durée, elle se fait accompagner et conseiller fidèlement par la LPO 58 ainsi que par un écologue en charge du suivi environnemental du projet et mandaté par Nièvre Aménagement.

Installé depuis plusieurs semaines, ce dispositif d’ombrage a pour but de rendre moins attractif le mur dans lequel les reptiles se réfugient habituellement. Des tapis en caoutchouc fournis par la LPO 58 ont par ailleurs été posés en pied de mur pour servir de refuge. En réduisant le réchauffement de ce dernier, ce géotextile incite cette faune spécifique soit à se cacher sous ces tapis, soit à s’éloigner provisoirement du site. Fin août, la LPO 58 les retirera avec les spécimens nichés.

En complément de ce dispositif, trois pierriers viennent d’être installés derrière la rambarde métallique qui longe l’arrêt de bus. « C’est le site le plus proche possible qui permet de les conserver pendant toute la durée des travaux sans avoir à les déplacer », explique Antoine Giret, l’écologue en charge du suivi. Installés sous forme de tas de pierres sèches, ils permettront aux insectes de s’y installer et aux reptiles de se nourrir.

L’aménagement de la place est d’ailleurs réfléchi pour récréer à terme de nouvelles niches écologiques.

La biodiversité comme partie intégrante du projet

 

Ces mesures de protection de la faune vont de pair avec la démarche plus globale d’un aménagement urbain durable et favorable à la biodiversité.

« Comme tous projets urbains à venir, l’implantation de tout ce qui peut être favorable à la biodiversité locale reste notre ligne de conduite », précise Anne Wozniak, adjointe à l’Urbanisme et à l’Environnement naturel. « Oui, des arbres ont été coupés. Selon l'expertise arboricole, seuls les quatre tilleuls restants présentaient une bonne santé globale et un système racinaire pas trop superficiel pouvant supporter le décaissement des couches de bitumes accumulées depuis une trentaine d'années et la réfection du sol à venir. Ne perdons pas de vue que la future place s’inscrit dans une vision durable des plantations avec l’implantation en 2022 de nouvelles essences en mélange : érables, sorbiers, replantation de tilleuls, avec de « vraies » fosses et assez d'espaces pour que les couronnes s'épanouissent pleinement, et une végétation au sol favorable aux insectes pollinisateurs notamment. »

Autre point allant dans ce sens : « Le choix de matériaux constituant le sol pour 3/4 de la place fait aussi partie de cette démarche, afin que les ruissellements d’eau de pluie s’infiltrent directement ou permettent un arrosage naturel des plantes. »

Contexte

 

Suite à l'inventaire faune/flore réalisé dans le cadre de la demande d'autorisation environnementale instruite en 2020, au moins un spécimen de couleuvre vipérine (Natrix maura) a été identifié sur le site. La présence de cette espèce protégée sur le site du chantier de la place Mossé a nécessité la mise en œuvre de mesures de protection/éloignement.

En savoir plus

Place Mossé (2021-2022)