Aller au contenu principal

Illuminations et marché de Noël, c'est Nevers en fête !

Nevers en fête

Du 3 au 31 décembre
2 nouveaux locaux dédiés aux clients et aux commerçants de Nevers font leur apparition rue François-Mitterrand à compter du mercredi 4 novembre.

La Conciergerie

49 rue François Mitterrand
Campagne Confinés = Protégés

Confinés = Protégés

COVID-19, les gestes barrières.

COVID-19

Ville de Nevers : 03.86.68.46.46 / CCAS : 03.86.71.80.00
Vendredi 20 novembre 2020

Des brassées de pensées pour le personnel du CHAN

Entouré d'Anne Wozniak, adjointe à l'environnement naturel, et de Jean-Michel Scherrer, directeur du CHAN, Denis Thuriot, maire de Nevers et président du conseil de surveillance du CHAN, a rendu hommage à l'énergie déployée par le personnel de l'établissement face à la deuxième vague du Covid-19.
Grâce à un imprévu surplus de production, 500 plants de pensées du Centre technique horticole (CTH) ont été offerts au personnel du Centre hospitalier de l’agglomération de Nevers (CHAN). Un geste de soutien en pleine surtension sanitaire que les mains artistes du CTH ont souhaité prolonger dans le temps en offrant une impressionnante sculpture inspirée du logo du CHAN – un cœur.

La distanciation n’empêche pas l’émotion. Mercredi 18 novembre, dans l’ombre rafraîchie du parvis du Centre hospitalier de l’agglomération de Nevers (CHAN), les représentants du Centre technique horticole (CTH) de la Ville de Nevers voient s’approcher Jean-Michel Scherrer, directeur du CHAN. A ses remerciements pour les 500 plants de pensées jaune d’or et pour l’imposante sculpture de 2,5 m par 2 qui patientent à quelques mètres de là, ils répondent par une timide fierté et d’autres remerciements « pour tout ce que fait le personnel » face à la deuxième vague du Covid-19.

A son tour le Dr Jacques Ballout, président de la commission médicale d’établissement du CHAN, vient leur exprimer sa gratitude, au nom des 1 900 employés de l’établissement, dont certains ont pris une courte pause pour assister à la remise des fleurs et de la sculpture. Cachés par les masques, les sourires éclairent les regards rougis de fatigue. Les 14 lits de réanimation sont occupés, 80 patients sont hospitalisés pour le Covid, 70 salariés sont touchés par le virus. Le tableau est sombre, même si Jean-Michel Scherrer y glisse une « note d’espoir, ténue » : « Nous sommes sur un pic. Est-ce que maintenant nous allons redescendre plus ou moins vite ? »

Dans ce contexte, le geste du CTH et de la Ville de Nevers agit comme un gant d’eau fraîche sur un front brûlant. « Nous sommes tous très touchés et très honorés. Un cœur et des pensées : les symboles sont forts », souligne le directeur du CHAN, qui salue l’état d’esprit de ses troupes déterminées à « tenir dans ces temps très compliqués » : « Ils donnent le maximum pour l’ensemble de la population. »

Aux côtés d’Anne Wozniak, adjointe en charge de l’environnement naturel et de l’urbanisme, qui a orchestré la répartition du surplus de pensées (1), Denis Thuriot, maire de Nevers, président du conseil de surveillance du CHAN et du Groupement hospitalier de territoire, s’est fait le porte-parole des Neversois pour remercier le personnel soignant : « Même s'il y a moins d'applaudissements le soir, sachez qu'ils vous expriment leur soutien car ils savent tout le travail que vous consacrez à cette lutte, et la reconnaissance qu’ils vous doivent. »

 

Sébastien Chabard

 

1. Plus de 400 plants de pensées ont également été distribués (ou sont en cours de distribution) aux EHPAD de la Ville, via le CCAS, aux personnes isolées, via la Direction des Proximités, et aux lauréats du concours des maisons fleuries, grâce à l’association Afleur. Samedi 14 novembre, une distribution a également été organisée sur le marché Carnot.

En savoir plus

Cinquante-quatre agents travaillent au Centre technique horticole de la Ville de Nevers, que dirige Thomas Savre. L'équipe en charge de la production fait pousser environ 20 000 plantes annuelles, 25 000 bisannuelles, 7 000 graminées et 6 000 vivaces. La surproduction inhabituelle de pensées est due à une conjonction rarissime de conditions climatiques clémentes et d'absence de maladies - un "paradoxe" souligné par Denis Thuriot dans son allocution. Le CTH mène également un important travail de sensibilisation auprès des plus jeunes, en accueillant plus de 2 000 écoliers chaque année dans son jardin pédagogique.