Aller au contenu principal

Rendez-vous au centre-expo les 16 et 17 novembre prochain pour le Salon de la Basse-cour et de la Biodiversité.

Salon basse-cour et biodiversité

16 & 17/11, Centre-expo
Exposition "Vaisselle en terre cuite à Neubrandenburg au XXe siècle", musée de la Faïence et des Beaux-arts, du 18/09 au 29/12/2019.

Expo vaisselle en terre cuite

18/09 > 29/12 - Musée de la Faïence
Découvrez les mille et une facettes du trompe-l’œil avec l'exposition temporaire du musée de la Faïence et des beaux-arts Frédéric-Blandin.

Expo trompe-l'oeil contemporains

5/10 > 29/12 - Musée de la Faïence et des Beaux-arts
Vendredi 9 août 2019

Corinne Morizet : créer, pierre à pierre

Corinne Morizet : « On fait du très bon prêt-à-porter quand la place Vendôme fait de la haute couture ! »
Son espace atelier-bureau, à l’étage de la bijouterie installée rue Saint-Martin, est à l’image de l’entreprise familiale : petit(e) et chaleureux(se). Un joyeux bazar y règne, synonyme d’un esprit à 100 à l’heure, créatif, mais non moins ordonné : « Personne ne doit y toucher, mais moi je m’y retrouve », s’excuse presque Corinne Morizet, maîtresse des lieux et trésorière adjointe des Vitrines de Nevers.

La commerçante neversoise, née à 200 m de la boutique familiale qu’elle a repris en 1998, a une vie professionnelle chargée. Elle aurait aimé être paléontologue ou égyptologue ; ce sera finalement le bijou. La gemmologie, sa spécialité, n’est arrivée qu’après un long parcours de formation. Il y a d’abord eu la bijouterie (travail du métal) et la joaillerie (mise en valeur des pierres), avant d’arriver au cœur du bijou, la gemmologie et le serti. « Je voulais connaître la pierre, sa dureté, pour savoir la travailler » détaille Corinne Morizet.

À 38 ans, elle est retourné sur les bancs de l’école pour un brevet professionnel en gemmologie, une revanche pour celle qui est fâchée avec le système scolaire. Un aboutissement aussi : « J’ai ainsi pu devenir expert, et rejoindre un réseau qui m’a appris plein de choses, en horlogerie, orfèvrerie, etc. »

Et l’apprentissage pour la Neversoise, c’est essentiel. Un nouvel apprenti rejoindra d’ailleurs la boutique à la rentrée : « J’ai eu des profs qui m’ont transmis cette passion, alors je transmets aussi. » À Nevers, la bijouterie est un petit monde où l’on s’entraide : Corinne Morizet ne parle jamais de ses « concurrents », mais de « collègues. » Son père, qui a fondé la bijouterie en 1963, vient encore régulièrement à la boutique, pour lui aussi rendre de menus services : « après 45 ans de métier, la pratique ne se perd pas ! », se félicite-t-il.

À l’aise dans son atelier, Corinne Morizet aime créer des bijoux sur-mesure pour ses clients : « Je m’adapte à leur personnalité, leur façon d’être. » Il faut compter un à deux mois pour bénéficier d’un savoir-faire et d’un bijou unique, entièrement fait à la main. « J’ai la chance, quand je dessine un bijou, de le voir déjà fini. C’était pareil pour mon père. Je ne sais pas comment je vais le réaliser, mais j’ai le résultat en tête. »

Un travail de création qu’elle affectionne particulièrement, mais pas uniquement : « Je m’éclate aussi à la vente ! Ce que les clients viennent chercher, c’est le conseil. » Et ils le lui rendent bien !