Aller au contenu principal

La fermeture de la piscine des Bords de Loire en 2019 donne l'occasion de créer un nouveau lieu structurant pour le quartier des Bords de Loire et pour Nevers.

Bords de Loire : réunion publique

Vend. 6 nov. à 18 h - Salle des Bords de Loire
Exposition Jacques Braunstein

Exposition Jacques Braunstein

Jusqu'au 31/12 - Musée de la Faience
L'exposition La Jonction d'hier à aujourd'hui se tiendra du 25 août 2020 au 1er septembre 2021.

La Jonction d'hier à aujourd'hui

Prom. Pascal-François > 01/09/21
Ça cartoon, du 12 septembre au 31 octobre à la médiathèque

Ça cartoon

Du 12 septembre au 31 octobre - Médiathèque Jean-Jaurès
L'exposition Céramiques de La Montagne - Saint-Honoré-les-Bains est le fruit d'une donation majeure au musée de la Faïence et des Beaux-arts. A découvrir jusqu'à la fin de l'année 2020.

Céramiques de La Montagne

Musée de la Faïence - Jusqu'au 28/12
Jeudi 23 avril 2020

Confinement : toutes les crèches mobilisées

Extérieur de la crèche Clapotis (photo d'archive).
Les enfants de personnels impliqués dans la gestion du coronavirus sont accueillis au multi-accueil Clapotis et à la crèche familiale Les Lucioles. Pour les autres crèches, tout est mis en œuvre pour garder le lien avec les familles.

Depuis le 16 mars, les personnels « indispensables à la gestion de la crise sanitaire » et sans solution de garde, bénéficient d’un service d’accueil pour leurs enfants au multi-accueil Clapotis et à la crèche familiale Les Lucioles. Une soixantaine d’agents (directrices, éducatrices, auxiliaires de puériculture, cuisinières et agents d’entretien et de désinfection), se sont ainsi relayés pour assurer une continuité de service.

 

À Clapotis

Le multi-accueil Clapotis a fait l'objet d'une réquisition de la Préfecture pour ouvrir à 10 enfants maximum. Au-delà de ce quota, avec accord de la PMI, il y aura possibilité d’ouvrir un second site sur place grâce aux entrées distinctes de l’établissement. Jusqu’à présent, les enfants accueillis sont tous familiers de l’un des 8 établissements municipaux d’accueil de jeunes enfants. « En fonction de l’amplitude horaire déterminée à l’avance par les familles, nous mobilisons un ou deux professionnels de la structure habituelle de l'enfant », explique Hélène Rigoulot, directrice du pôle Petite enfance du CCAS.

« Si certains membres ont adopté le port du masque, nous veillons surtout à ce que les agents respectent les gestes barrières, notamment au niveau de leur positionnement pas rapport aux enfants, où ils doivent éviter le plus possible le face à face. Les câlins se font de dos, il n’y a plus de lavage de nez ni de jeux collectifs. Lorsqu’ils sont plus de 8 présents, nous les répartissons dans deux salles ou profitons du beau temps pour les faire jouer le plus possible dehors », détaille Hélène Roche, directrice du multi-accueil. « Le protocole de désinfection a lieu 5 fois par jour et est accentué au niveau des points de contact. Les parents doivent désormais attendre dans une zone dédiée. »

 

Aux Lucioles

La crèche familiale Les Lucioles pratiquant un accueil à domicile par des assistantes maternelles agréées (qui font partie du personnel de la Ville), n'a quant à elle pas été concernée par l'obligation de fermeture. Elle continue de fonctionner, même quand le public n'est pas prioritaire, les rencontres collectives en moins. Cependant, spontanément, les parents des publics non prioritaires ont repris en grande majorité leurs enfants. «  Pour réduire au maximum les risques, on accueille pour le moment une seule famille par assistante maternelle, contre trois habituellement », explique Pascale Brané, directrice de la crèche familiale.

Les règles d’hygiène et les gestes barrières sont appliqués à la lettre : « les parents ne rentrent plus dans les maisons, les chaussures des enfants sont désinfectées, les mains lavées plusieurs fois, etc. » Pour l'équipe des Lucioles, le travail continue : « nous sommes en contact tous les jours par téléphone et par mail avec les parents qui gardent leurs enfants à la maison qui en sentent le besoin ou qui le souhaitent. Nous continuons notre travail administratif et préparons les projets pédagogiques à venir. Notre objectif est de conserver le lien avec les familles et surtout avec les enfants, malgré la situation. » Il en est de même dans les autres crèches.

 

Maintenir le contact et soutenir les parents

« Nous avons une mission de service public à honorer parce que nos métiers croisent les champs du social, de l'éducatif, du paramédical et du médical. Ils exigent de nous un engagement fort pour soutenir la population en toutes circonstances », souligne Hélène Rigoulot. Toutes les crèches ont donc fait le choix d’adapter leurs services et de mettre en place un réseau de soutien à destination des familles. Cela passe par le téléphone, mais aussi par le mail ou la plateforme numérique avec en jeu, des propositions d’activité à réaliser à la maison ou plus simplement des échanges de nouvelles, avec envoi de photos ou de vidéos.

« Le premier contact a été un contact téléphonique pour prendre des nouvelles et voir dans quel état d’esprit se trouvaient les familles », explique Céline Schiltz, directrice du multi-accueil Gribouille. « Depuis quelques semaines, nous envoyons une fois par semaine par mail un document regroupant 5 à 6 propositions d’activités : cuisine, motricité, art, fabrications maison, etc. »

Au multi-accueil Souricette, avec l’accord des familles, une plateforme sécurisée et conforme au RGPD (Règlement général sur la protection des données) «toutemacreche » a été mise en place pour maintenir le lien, échanger et partager. « Cette plateforme permet aux agents de proposer et de partager des activités avec les familles, de donner de leurs nouvelles par écrit, par photo ou par vidéo. Certains proposent même des comptines ou des histoires filmées par leur soin. Les familles de leur côté peuvent commenter et également partager des photos et des vidéos », détaille Stéphanie Minel, directrice de la structure depuis mars qui administre de cette plateforme. « Il y a 3 à 4 publications par jour, les retours sont très positifs. J’espère pouvoir garder cet outil par la suite. »

À noter qu’une plateforme d’échanges d’outils a été également créée afin que les directrices des établissements du pôle Petite enfance puissent partager des idées d’activités à proposer aux familles.