Aller au contenu principal

Exposition : Les œuvres sortent de leurs réserves

Les œuvres sortent de leurs réserves

Du 15/09 au 28/11 - Musée de la Faïence
Les prises de rendez-vous se font par téléphone uniquement au 03.58.58.33.33.

Centre de vaccination

Salle des Eduens - Prise de rendez-vous : 03.58.58.33.33
Mercredi 5 mai 2021

Au plus près des attentes des habitants

L’association Espace socioculturel du Grand Ouest vient de prendre son autonomie depuis le 1er mai, au sein du quartier Montots – Grande Pâture
Un mouvement d’autonomisation est en cours dans les cinq centres sociaux de Nevers. L’objectif ? : remettre les habitants au cœur du projet social de leur quartier.

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » pourrait-on résumer ainsi, par la célèbre citation de Lavoisier, le mouvement d’autonomisation qui est en cours dans les cinq centres sociaux de Nevers.

« Cette démarche est le fruit d’un consensus et d’une réflexion menée depuis deux ans au sein de l’association Medio, en étroite collaboration avec les partenaires institutionnels et financiers que sont la Ville de Nevers, la Caf et le Département, ainsi que les directeurs de chaque structure, tous volontaires et partie prenante », expose Amandine Boujlilat, adjointe déléguée à la Proximité, la relation citoyenne et la cohésion sociale.

Moins de verticalité, plus d’horizontalité, telle est donc la nouvelle formule. « L’idée est de permettre aux habitants d’exprimer plus directement leurs besoins, de s’impliquer davantage dans la vie du centre et de co-construire des projets avec ce dernier. Le centre social de quartier doit devenir un véritable outil d’hyper proximité géré par et pour les habitants », continue-t-elle.

Pionnière en la matière, suite à un audit auprès des habitants du quartier en 2020, l’association Espace socioculturel du Grand Ouest vient de prendre son envol depuis le 1er mai aux Montots – Grande Pâture, le plus gros quartier « Politique de la Ville » du département en nombre d’habitants et en superficie.

« Si le personnel et le contenu du projet social restent en place, cette nouvelle organisation nous permet désormais de mobiliser plus facilement les habitants dans la gestion du centre et d’avoir une plus grande flexibilité, une meilleure réactivité et adaptabilité dans la co-construction des décisions, des animations ou des projets », étaye Maxime Gruyer, son directeur.

« Nous soutenons cette démarche d'autonomisation puisqu'elle s'inscrit dans une volonté partagée d’introduire toujours plus de démocratie implicative en tenant compte des spécificités de chaque quartier », conclut l’élue.